Les demandes du CAF Loup avant le Groupe National Loup du 8 juin 2020. Les représentants des différents syndicats ont fait savoir au préfet coordonnateur, M Pascal Maillhos leurs inquiétudes sur la mise en place du nouveau Plan National Loup. Des propositions claires pour la défenses des éleveurs et de l’élevage de plein air!

Les tirs, les prélèvements et les équipements nécessaires:

  • Des tirs de défense simple et renforcée valables sur tous les territoires et durant toute la campagne sans restriction, ni priorisation pour assurer la défense des troupeaux ;
  • Etendre à toutes les zones de présence du loup, les assouplissements qu’accordent le cercle 0 (Cercle 0 correspondant aux communes ayant justifié de 15 attaques/an = accès à des tirs de défense mixte, une période plus large pour les tirs de prélèvement – à partir du 1er juillet contre 1er septembre pour les autres territoires – et la possibilité d’utiliser, une fois le plafond de prélèvement atteint, des dispositifs d’amplification de lumière ou la détection thermique pour augmenter le repérage de loups à prélever) ;
  • Déléguer totalement aux éleveurs et aux chasseurs la mise en oeuvre des tirs de défense renforcée ;
  • La possibilité pour les éleveurs, ayant suivi une formation, d’avoir des armes dotées de lunettes à visée nocturne, limitées aujourd’hui aux seuls lieutenants de louveterie ;
  • L’intervention des lieutenants de louveterie pour les tirs de défense simple et renforcée pouvant faire usage des moyens qui leurs sont attribués (dispositifs de repérage utilisant la technologie d’amplification de lumière ou la détection thermique notamment) ;
  • La rémunération des lieutenants de louveterie pour le temps passé sur l’appui aux éleveurs et l’augmentation de leurs effectifs.

Dégâts des loups sur les troupeaux:

  • Zéro attaque sur les troupeaux ;
  • La prise en charge, par les services de l’Etat, de l’euthanasie des animaux attaqués par les prédateurs qui ne peuvent être sauvés ;
  • Une méthode de constatation spécifique aux attaques sur les bovins (notamment les veaux) et les équins doit être élaborée pour plus de justesse dans les constats, puisque les attaques sont différentes entre les espèces. Quid de l’étude relative à ce sujet réalisée par la DDT de la Lozère ?

La protection des troupeaux

  • Etendre la reconnaissance de la non protégeabilité territoriale (limitée aux seuls fronts de colonisation) à les toutes les zones répondant aux critères objectifs posés ;
  • La prise en charge à 100% de tous les moyens de protection et leur ouverture à tous les animaux domestiques prédatés, quel que soit le prédateur ;
  • Le paiement en temps et heure des aides liées à la mise en place des mesures de protection ;
  • La mise en place des avances auprès des éleveurs concernant le financement des moyens de protection à l’image des autres mesures FEADER ;
  • L’absence de responsabilité des éleveurs lors des accidents avec les randonneurs du fait de l’usage de chiens de protection des troupeaux contre le loup ;
  • Avoir une brigade de bergers mobiles par massif ;
  • La possibilité d’aides bergers pour les troupeaux bovins et équins victimes de la prédation.

Les indemnités suite à des dégâts sur les troupeaux

  • Le refus de toute conditionnalité des indemnisations à la mise en place préalable de mesures de protection ;
  • La mise en place d’un acompte sur les indemnisations des animaux prédatés dans les semaines suivant les constats d’attaques (et non pas en année X+1) ;
  • Le paiement en temps et heure des aides liées à l’indemnisation des dégâts ;
  • La reconnaissance facilitée de la dérogation à l’aide ovine (AO) en cas de prédation pour tous les éleveurs ayant un historique de prédation avérée (N-1) grâce à l’adaptation du formulaire de déclaration de l’AO.

Les parcs nationaux et réserves naturelles

  • Une réglementation dans le parc des Ecrins, du Mercantour et de la Vanoise identique à celle du parc des Cévennes ;
  • Pas de différenciation entre les coeurs des parcs et le reste du territoire ;
  • L’octroi aux éleveurs des tirs de défense dans les coeurs de parcs nationaux et dans les réserves naturelles ;
  • Qu’il y ait, à minima, la possibilité de prélèvement de loups par des agents habilités de l’Etat pour faire baisser la pression de prédation dans les coeurs de parc (à l’image de ce qui se fait pour les chiens errants ou les cas d’épizootie).

Autres adaptations nécessaires pour la régulation des loups

  • La possibilité de prélever des meutes entières pour faire baisser la pression de la prédation sur les troupeaux et avoir une réelle efficacité dans le temps, dans le cadre de la gestion adaptative prônée par l’Etat ;
  • Le financement de tous les coûts liés à la protection du loup (indemnisation contre les attaques, mesures de protection des troupeaux, constats, analyses…) sur le budget du ministère de l’environnement et les fonds UE autres que le FEADER ;
  • L’engagement de la France à porter la révision du statut du loup dans la Directive habitats et la Convention de Berne.

About Fédération Nationale Ovine