Chiens de Protection : Quand les éleveurs forgent leurs savoirs dans les Alpes

Réalisation des enquêtes et rédaction :

Fabien Candy – ADEM, Bruno Caraguel – FAI, Jean-Marie Davoine – FAI, Sabine Débit – CERPAM, Laurent Garde – CERPAM, Sylvain Golé – CERPAM, Marie Gontier – CERPAM, Antoine Rouillon – SEA 74, Clément Teppaz – SEA 73, Pascal Thavaud – CERPAM, Simon Vieux – CERPAM

Avec la collaboration de :

François Meyer – CPT CH, Ueli Pfister – CPT CH

Résumé :

Dix-sept enquêtes auprès d’éleveurs expérimentés alpins ayant pour la plupart entre dix et trente ans d’expérience avec les chiens de protection et reconnus à ce titre par leurs pairs ; 40 heures d’enregistrement, 450 pages de retranscriptions et un traitement thématique de l’information obtenue ; un partenariat avec l’Association Chiens de protection Suisse. Tels sont les moyens engagés par les services pastoraux de l’Arc alpin pour consolider les connaissances sur les chiens de protection. Dans les Alpes françaises en effet, c’est pour faire face à 72 meutes de loups que les éleveurs mobilisent des Montagnes des Pyrénées, des Abruzzes, des Anatolie et d’autres races. Cette rude confrontation les a poussés à rechercher les savoirs existants dans de multiples directions, à tester différentes façons de faire, à corriger sans cesse leurs pratiques confrontées à la réalité de terrain aussi. Education et introduction des chiens, gestion de la meute de chiens au travail, confrontation avec les usagers de la montagne, sont les principaux thèmes traités. A travers la diversité des expériences, des points de vue et des pratiques, c’est un véritable ensemble de savoirs innovants pour un Massif alpin sans loups et quasiment sans chiens il y a encore 27 ans qui émerge ici. Ce travail ne doit pas être considéré comme l’énoncé d’une doctrine ni comme un mode d’emploi du chien. Ces savoirs en construction sont encore imparfaits et se peaufinent sans cesse sous la pression de la réalité. Les services pastoraux alpins n’ont d’autre ambition que de les mettre à disposition de tous les acteurs intéressés ou concernés par l’impérieuse nécessité de protéger les troupeaux quand les loups s’installent en meutes nombreuses. Ils tiennent à remercier le CGET pour leur avoir fourni les moyens financiers de ce travail au travers de la CIMA.

Télécharger : Le rapport complet

Télécharger : Les idées clefs

About Fédération Nationale Ovine