Le dossier loup remonte à Bruxelles

Michèle Boudoin, Présidente de la FNO et de la filière ovine européenne au COPA-COGECA, a sollicité le CERPAM pour intervenir à Bruxelles auprès de la Commission européenne, DG AGRI, sur le dossier du loup le 21 novembre 2017. Le thème affiché dans le cadre du « Groupe civil de dialogue », rassemblant les deux DG AGRI et ENVIR, tous les syndicats agricoles européens (COPA –COGECA et  Via Campesina) ainsi que les différents acteurs des 28 pays membres intéressés par le sujet, était le suivant : « Hybridation et changement de comportement du loup ». L’intervenant, Laurent Garde, a expliqué que le problème sur les troupeaux n’était pas tant dû à une proportion indéterminée d’hybrides, mais au changement de comportement de 100 % des loups dû à une protection excessive de l’espèce. L’augmentation du nombre de pertes par loup, l’explosion des attaques sur troupeaux protégés, le jour, en présence d’humains et de chiens, au plus près des maisons, sont d’excellents indicateurs de ce changement de comportement. Les témoignages de tous les pays européens représentés ont illustré l’ampleur des difficultés rencontrés par les éleveurs qui mettent en œuvre les moyens de protection, pris en étau entre les contraintes du droit du travail , les obstacles règlementaires pour mettre en œuvre des clôtures sécurisées, enfin les conflits croissants avec les utilisateurs de l’espace et même leur voisinage dans les villages confrontés aux chiens de protection. Et ce, alors même que la généralisation de la présence des loups fait exploser les coûts budgétaires nécessaires. Face à cette situation de plus en plus intenable, la position intransigeante du représentant de la DG ENVIR a frappé les esprits.

About Fédération Nationale Ovine