Revenons sur cette affaire scandaleuse en tous points.

Du 7 au 8 mars 2016, 6 loups s’échappent du parc de vision de loup du Gévaudan suite à semble t’il un acte de vandalisme.

Première élément d’inquiétude pour nous les éleveurs : comment se fait il que des loups puissent s’évader de leur enclos? Rappelons que ce sont des grands prédateurs qui causent chaque année la mort de plusieurs milliers d’animaux domestiques.

Les loups sont re-capturés ou rentrent seuls dans leur enclos et un comptage est organisé par les autorités le 24 mars 2016. 40 loups sont dénombrés au lieu des 32 annoncés.

On peut se demander comment il peuvent dire que 6 loups se sont évadés alors qu’ils ne savent pas combien se trouvent dans le parc. Comment être sur que certains des loups ne sont pas encore en liberté?

Nous les éleveurs, nous sommes tenus sous peine d’amende ou de sanction d’identifier la totalité de nos animaux pour assurer une bonne traçabilité à l’aide de médailles (électroniques pour les ovins et les caprins) et de tenir à jour un registre des animaux présents sur notre exploitation. Deuxième élément d’inquiétude : comment se fait il que des éleveurs de grands prédateurs comme les loups ne soient pas tenus au minimum aux mêmes obligations que nous, éleveurs d’animaux domestiques.

Enfin derniers élément d’inquiétude très important, si les populations de loups de ces parcs ne sont pas suivies de façon plus rigoureuse : qu’est ce qui empêche ces militants pro-loups de relâcher des loups dans la nature?

Communiqué de presse

Les syndicats locaux sont aussi scandalisés par cette affaire et demandent la démission du directeur du parc mais aussi de l’ensemble des personnes à l’origine de ces manquements soient lourdement et expressément sanctionnées

Les FDSEA et JA de la région sont « scandalisés et stupéfaits » par le résultat du comptage opéré au parc scientifique « Les loups du Gévaudan » à Sainte-Lucie. Il y aurait 40 prédateurs au lieu des 32 annoncés.

Les FDSEA et JA de la Lozère, de l’Ardèche, de la Haute-Loire, de l’Aveyron et du Cantal s’insurgent dans un communiqué de presse commun diffusé le 24 mars 2016, des résultats du comptage des loups opéré le 23 mars au parc scientifique de Sainte-Lucie à la suite de l’effraction du 8 mars dernier qui a permis à plusieurs loups de s’échapper.

Selon les syndicats, « 40 loups sont, à ce jour, présents dans le parc alors qu’il y a quelques semaines on annonçait la présence de seulement 32 spécimens dont 6 échappés après l’effraction. Les JA et les FDSEA sont aujourd’hui scandalisés et stupéfaits. Comment est-il possible d’annoncer avec certitude la fuite de 6 loups, alors que le nombre d’individus en captivité est totalement inconnu ? »

« C’est une honte »

Du point de vue des syndicats, « personne ne peut dire combien de loups se sont évadés et combien sont encore en liberté. C’est une honte, que des animaux considérés comme prédateur ne soient pas comptabilisés avec rigueur ! Pour faire le parallèle, les éleveurs ne pourraient se permettre d’avoir 40 vaches présentes dans leur bâtiment et seulement 32 déclarées auprès des services de l’État. »

Les JA et les FDSEA « demandent la démission du directeur du parc mais aussi que l’ensemble des personnes à l’origine de ces manquements soient lourdement et expressément sanctionnées ». Ils n’excluent pas des poursuites judiciaires à l’encontre du parc. Ils assurent également avoir demandé un entretien avec Ségolène Royal pour « mettre au clair la gestion inacceptable du parc ».

About Fédération Nationale Ovine