Des éleveurs partout en France

L’élevage ovin en France compte plus de 21 000 éleveurs ovins professionnels (ayant plus de 50 brebis) et près de 56 000 détenteurs (de plus de 10 brebis) pour un troupeau national de plus 5,7 millions de brebis (plus de 7,4 millions d’ovins).

Les grands bassins de production sont globalement situés dans le sud de la France avec cinq grandes régions de production : Midi-Pyrénées, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Aquitaine, Poitou-Charente, Limousin et Auvergne. Même avec un nombre moins important de brebis, une dynamique de production existe dans les autres Régions de France.

L’élevage ovin à deux finalités : la production de viande d’agneau et celle du lait. Environ 25% du cheptel national est consacré à la production de lait.

Il est vrai que la filière ovine a connu des difficultés les 30 dernières années en raison de la pression de la mondialisation.

CHOISISSEZ UNE RÉGION

Un contexte favorable pour la production de l’élevage ovin

Aujourd’hui la situation économique évolue favorablement et les éleveurs peuvent redresser la tête. En effet, les grands producteurs mondiaux (Nouvelle-Zélande, Royaume-Uni) connaissent une baisse de production et la consommation mondiale de viande ovine s’accroît. Le marché français est donc moins engorgé par les importations et les débouchés s’améliorent pour les agneaux français. Même si le revenu de l’élevage ovin reste modeste, la profession travaille à la mise en place d’un programme de «reconquête ovine» pour redynamiser la production. Mais par ailleurs en montagne et dans les zones pastorales, l’élevage se maintient. Il est bien souvent la seule activité économique praticable. Les éleveurs, très attachés à leur terroir où ils produisent des agneaux et fromages de qualité, ont donc résisté malgré les difficultés, et les effectifs de brebis se sont maintenus dans ces zones.

La présence de grands prédateurs (comme le loup, l’ours ou le lynx) dans ces zones d’élevage extensif déstabilise totalement un mode d’élevage basé sur le pâturage en plein air et remet en question sa pérennité. En effet, du fait des attaques subies par leurs troupeaux, les éleveurs sont tentés de changer leurs pratiques, pourtant reconnues pour leur rôle environnemental et la production de produits de qualité. C’est tout un mode de production extensif de produits de qualité qui pourrait disparaître au profit de systèmes plus hors sol.

Mieux comprendre la réalité, c’est nous aider  Soutenez-nous