Franche-Comté, une petite région de production ovine ?

La Franche-Comté est une petite région de production d’agneaux. En 2013 on y dénombrait 1 800 détenteurs d’ovins pour plus de 47 600 brebis reproductrices.

211 exploitations sont dites « professionnelles », c’est-à-dire qu’elles possèdent plus de 50 brebis et sont déclarées à l’Aide Ovine, et 55 éleveurs possèdent une troupe supérieure à 200 brebis. Ces 55 éleveurs regroupent 44% de l’effectif total de brebis de la région.

La grande majorité des troupes sont détenues par des retraités, des pluri-actifs, des exploitants agricoles avec des petits ateliers pour leur consommation familiale ou en vente directe  (< 50 brebis). Ils détiennent 26 % des brebis de Franche-Comté.

La Haute-Saône est le premier département moutonnier de Franche-Comté (55% des éleveurs qui totalisent 45% de l’effectif ovin régional) avec une production d’agneaux d’herbe dans le nord-ouest de la Haute-Saône.

Dans les zones de culture, les prix sur les céréales ont conduit certains exploitants à s’intéresser à l’élevage ovin comme un moyen de valorisation de leurs productions végétales (système bergerie).

Le problème spécifique du lynx

Réintroduit en Suisse dans les années soixante-dix, le lynx est bien installé en Franche-Comté. On dénombre aujourd’hui 100 lynx dans le Jura. On recense en moyenne 80 attaques par an et il y en a sûrement autant qui ne sont pas constatées.

Des indices de présence du loup sont également disséminés sur le territoire franc-comtois, 20 attaques de loup ont été dénombrées depuis 2011.

Des espaces naturels entretenus par les brebis

Même si la Franche-Comté est une petite région productrice d’agneaux avec peu d’exploitations spécialisées de grande taille, l’élevage ovin y a entièrement sa place et participe à l’entretien du territoire : pâturage des vergers aux abords des villages, des petites prairies en bordure des villes, entretien des espaces naturels sensibles.

Parmi les actions d’entretien du territoire qui utilisent les ovins, on trouve :

  • la mise en place, par la Communauté d’agglomération du Grand Dole, de pâturages sur les pelouses sèches des Monts Roland et Joly afin de préserver l’intérêt faunistique et floristique de la zone (sites en ZNIEFF) frappée par l’enfrichement progressif;
  • le pâturage de 500 brebis sur la commune de Champlitte et le pâturage mixe ovin caprin à Baume-les-Messieurs en partenariat avec le Conservatoire Régional des Espaces Naturels;
  • le pâturage de communaux par des troupes ovines à Beaufort, Cluse, Mijoux et Besançon;
  • l’entretien du camp militaire de Valdahon;
  • l’entretien pastoral des pistes de ski d’Hotonnes;
  • l’entretien des abords du château de Belvoir.

La Franche-Comté est également une région touchée par la progression des grands prédateurs sur le territoire français.

Mieux comprendre la réalité, c’est nous aider  Soutenez-nous