Franche-Comté, une petite région de production ovine ?

La Bourgogne-Franche-Comté est la sixième région de production d’agneaux. En 2018 on y dénombrait plus de 1 100 éleveurs ovins pour plus de 191 000 brebis reproductrices. La Nièvre et la Saône-et-Loire regroupent presque la moitié des effectifs ovins de la région. Avec quasiment la moitié des effectifs ovins, la Haute-Saône est le premier département moutonnier de l’ancienne région Franc-Comtoise.

En Bourgogne-Franche-Comté, trois conduites d’élevages cohabitent. L’association bovins allaitants et ovins principalement de race Charolaise en Nièvre et Saône-et-Loire. Dans les zones de culture, les prix sur les céréales ont conduit certains exploitants à s’intéresser à l’élevage ovin comme un moyen de valorisation de leurs productions végétales (système bergerie). Un gros tiers des éleveurs restent spécialisé en élevage ovin avec des systèmes plutôt herbagers pour la production d’agneau d’herbe ou la production d’agneau de bergerie complété par une valorisation de terrain pauvre par les brebis.

Le problème spécifique du lynx

Réintroduit en Suisse dans les années soixante-dix, le lynx est bien installé sur le massif jurassien, avec une aire de présence de 6800km². On recense en moyenne 80 attaques par an, chaque attaque faisant en générale une ou deux victimes.

 

Des espaces naturels entretenus par les brebis

Dans cette région, l’élevage ovin participe à l’entretien du territoire : pâturage des vignes ou des vergers aux abords des villages, des petites prairies en bordure des villes, entretien des espaces naturels sensibles. Parmi les actions d’entretien du territoire Franc-Comtois par les brebis, on trouve :

  •  la mise en place, par la Communauté d’agglomération du Grand Dole, de pâturages sur les pelouses sèches des Monts Roland et Joly afin de préserver l’intérêt faunistique et floristique de la zone (sites en ZNIEFF) frappée par l’enfrichement progressif;
  • le pâturage de 500 brebis sur la commune de Champlitte et le pâturage mixe ovin caprin à Baume-les-Messieurs en partenariat avec le Conservatoire Régional des Espaces Naturels;
  • le pâturage de communaux par des troupes ovines à Beaufort, Cluse, Mijoux et Besançon;
  • l’entretien du camp militaire de Valdahon;
  • l’entretien pastoral des pistes de ski d’Hotonnes;
  • l’entretien des abords du château de Belvoir ;

La Bourgogne-Franche-Comté est également une région touchée par la progression des grands prédateurs sur le territoire français. En 2018, 16 attaques de loup, principalement dans le Jura et l’Yonne et 91 victimes ont été indemnisées. Ici, le loup ne se cantonne plus seulement à la montagne. Sa présence est une grande source d’inquiétude avec un parcellaire souvent éclaté et un allotement important. Elle remet en cause l’activité d’élevage de brebis dans sa globalité.

Mieux comprendre la réalité, c’est nous aider  Soutenez-nous